mardi 27 octobre 2015

Bruler vif 3 palestiniens et n'être pas inquiété par la justice !


Bien des gens de par le monde avaient été choqué en découvrant qu’une famille palestinienne avait été brulée vive par des colons israéliens. [Israël: la mère du bébé palestinien brûlé vif succombe également à ses blessures]
Les dirigeants israéliens avaient condamné un acte "terroriste" (Je me permets là une petite aparté pour signaler que contrairement aux Palestiniens leurs maisons n’ont jamais été détruites). 

Bien que l’impunité des colons soit connue de tous («la probabilité qu'une plainte déposée par un Palestinien auprès de la police israélienne conduise à une enquête effective, à l'arrestation d'un suspect et à son jugement est de seulement 1,8%» [Lien]) on aurait pu s’attendre à ce que cette fois ils essuient une condamnation.

Quelle naïveté !!!

Haaretz (journal réputé en Israël) nous informait que : "Israel’s defense establishment knows who is responsible for the arson attack that killed three members of a Palestinian family two months ago, but has chosen to prevent legal recourse in order to protect the identity of their sources, Defense Minister”

Avez-vous bien lu ?! Pour protéger les sources aucun recours juridique n’aura lieu.

3 Palestiniens brulés vifs et personne ne sera condamné !
C’est cela la justice israélienne...
C’est cela l’occupation



dimanche 25 octobre 2015

Ceux qui ont peur depuis 60 ans


Douleur et tristesse,

Il semblerait que l’angoisse ne soit qu’israélienne…
Pourtant, j’ai foulé les rues de la vieille ville de Jérusalem, déambulé dans cette soi-disant si terrible Jérusalem-Est.
Certes des groupes de policiers et des soldats quadrillent les rues, mais les Israéliens ne la délaissent pas, et s'y meuvent sans préoccupations particulières.
Oh, bien sûr, nombres de médias seront friands de l’alléchant aveux de terreur de l’Israélien.
D’ailleurs ne diriez-vous pas que vous êtes terrorisés si vous étiez un farouche adversaire de la cause palestinienne ? Le micro invite-t-il pas ce témoignage ?
Pourtant, d’apparence, ne pourrais-je être Israélien ? Et bien figurez-vous que je n’ai point été habité de crainte en m'égarant dans rues et ruelles de Jérusalem.

Croyez-vous qu’il en soit de même pour les Palestiniens ?

Descendus avant de pouvoir avancer le moindre argument (nombre de vidéos montrent que le soi-disant terroriste était soit déjà plus qu’encerclé, … mais dans bien des cas il s’avère également qu’il ne portait finalement aucune arme !!!)
En proie à des fouilles incessantes et donc à la vindicte des soldats qui cherchent à humilier.
N’osant plus sortir leur téléphone de leurs poches car le geste pourrait paraître suspect.
Paniqués à l’idée d’aller chercher leurs olives, alors que les colons cherchent incessamment à provoquer pour dégainer ensuite.

Douleur et tristesse,

Je pense à toi en cette seconde, mon amie, qui n’ose plus prendre ta voiture de peur de croiser colons ou militaires, qui a dû récolter tes olives avant maturité pour éviter qu’elles ne soient vandalisées, qui ne te rend plus sur ton lieu d’étude à cause de la multiplication des checkpoints et des incursions de l’armée sur le campus…
Je pense à toi,
Et je sais qui souffre depuis 60 ans d’une politique d’occupation


[Territoires Palestiniens occupés - 25/10/2015] 

jeudi 22 octobre 2015

Interrogeons une seconde notre esprit critique : Comment attise-t-on la haine de manière la plus efficace ?



Réponse 1 : Par une page de manuel scolaire [Lien]*
[Et l’on sait, bien sûr combien les écoliers du monde prennent les leçons issues des livres d’école pour des acquis dont ils ne dévient pas d’un iota !]

Ou

Réponse 2 : En volant des terres à un peuple pour y établir des colonies, dérobant l’eau, interdisant l’accès à Jérusalem et ces lieux saints, érigeant de multiples ghettos à l’aide d’un mur de 8 mètres, maintenant un blocus strict sur 1,8 millions d’habitants (en ayant au préalable détruit leur centrale électrique, et détériorer leur réseau d’eau potable), enfermant des centaines de prisonniers sans jugement, en bombardant etc…

Alors ?

Si vous avez choisi la réponse 1 : Alors vous réfléchissez autant que Danny Danon le nouvel ambassadeur d'Israël est aux Nations unies. [Lien]*

Si vous avez choisi la réponse 2 : C’est que vous avez bien compris que c’est l’occupation qui est la source première des violences qui déchirent Palestiniens et Israéliens


* Évidemment cette allégation est un mensonge abject fabriqué de toutes pièces.

Humiliation quotidienne des Palestiniens à Jérusalem


En tous lieux, à tous moments, les Palestiniens doivent se soumettre aux ordres aboyés par la police ou l'armée israélienne. Les contrôles sont si fréquents, qu'une même personne peut être contrôlée deux fois en 3 minutes. 






[Territoires palestiniens occupés - Jérusalem-Est (porte de Damas - entrée de la vieille ville) - 21/10/2015]

mercredi 21 octobre 2015

Clashs avec l'armée israélienne au sein de Bethlehem


 [Tirs de gaz lacrymogène pour faire reculer les manifestants]



  
 [Affronts des manifestants qui pour montrer leur courage restent assis au milieu de la rue]


 [Journaliste au milieu des tirs soutenus de gaz]


[Territoires palestiniens occupés -Bethlehem - 21-10-2015]

mardi 26 mai 2015

Jamais !

1,8 millions de personnes,
Un chiffre qui ne dit rien à personne,
3, 5,6, c’est un chiffre humain, c’est autant de regards échangés,  
3 personnes croisées titillent bien d’avantage notre empathie que 1,8 millions d’anonymes,
Ainsi vont les lois de l’affect !

1 800 000 d’emmurés,
Le terme a perdu son sens à force d’être usité,
« Em-mu-rés », soit : Entre des murs infranchissables, violents, mortels,
Le concept est cependant fort simple : « Ils n’en sortiront pas ! »
Israël se vautre dans sa suffisance, son orgueil de puissance : « Ils ne franchiront Jamais ce mur et s’ils le souhaitent nos balles viendront déchirer leurs corps et faucher leurs rêves ! »

Ces rêves de vacances, d’évasions, d’exotisme, de nature, que tout à chacun évoque pour dorloter son âme… Jamais !
De rêve à crève, c’est le C qui fait la différence, c’est un C qui tue, 

Un lac bordé de fertiles rivages, Jamais ! 
Gazaoui tu es né dans cette citadelle de béton et ses décombres t’engloutiront,

S’envoler l’été venu vers quelques destinations distillées par de vieilles cartes postales, Jamais !
Ton quartier sera toute l’amplitude de ton horizon,

Aller acheter quelques médicaments de qualité ou se faire opérer dans une structure adéquate… Jamais !
Fantasme ta vie si tu le souhaites, mais ton trépas aura une origine bénigne,

Aller voir un concert, participer à un championnat, suivre une rencontre universitaire,.. Jamais !
Et quoi encore ? La liberté ? … Ne sais-tu donc pas encore quel est le pouvoir du tout-puissant Maître-Israël, misérable arrogant, ne t’avise plus jamais de tels impertinence.

Jamais !
Pour cet enfant de 6 ans : Jamais !
Tu connais ton aire de jeu, … plus exactement ton aire de vie ! 
En dehors : Jamais ! 

samedi 2 mai 2015

Être Palestinien - La prison (1)


Être Palestinien,

C’est vivre dans le règne de l’arbitraire. Mon meilleur ami palestinien a passé des mois en prison sans jamais savoir de quoi il était accusé. Certainement qu’une de ses connaissances ou un voisin, bref n’importe qui,… sous la torture a hurlé son nom, ou tous les noms de gens qu’il connaissait pour que cesse ses supplices.

Mais comment a-t-il pu rester ainsi incarcéré sans jugement, sans savoir ce qui lui était reproché ?
En vertu d’une loi, qui porte l’innocent nom de : Détention administrative, et qui permet à la cour de condamner sans que ni le prisonnier ni l'avocat ne puisse avoir accès aux informations du dossier, et sont ainsi de facto dans l'impossibilité de contester l'ordre de détention. [Plus d'informations - LeMonde.Fr - Palestine-Israël : La détention administrative, un déni du droit]

Mais, comment Israël, qui se pavane dans son habit de démocratie du Proche-Orient peut ainsi torturer ?
La réponse est évidente, car il sait qu’aucune forme de sanction ne découlera jamais de ses actes. N’allez pas croire, que ces actes de torture soient un secret, ou un mythe, le journal Haaretz (israélien), rapporte que 51 cas de tortures ont été signalés dans la seconde moitié de l’année 2014.

Être Palestinien, c’est savoir qu’une nuit, peut être, des soldats viendront briser la porte, enlever un homme, une femme ou un enfant, le torturer, le garder en prison (sans jamais avoir à répondre des raisons motivant cet acte),…

Être Palestinien c’est vivre dans l’arbitraire de la violence de l’occupation.


Plus d’informations sur le sujet :
-    Le terrible quotidien des enfants palestiniens (200 mineurs en prison) (Source : FranceTVinfo)
-  Mes photos documentant le sujet : Carnet occupation - Prisonniers 

[Palestine - 02/05/2015] 

vendredi 1 mai 2015

Il n'est pas encore temps de me dire "qu'il ne me reste que mes yeux pour pleurer"


Et qu’écrire encore ?

254 fois, via ce blog, j’ai pris ma plume pour dénoncer l’abjecte occupation israélienne,
Que ne savez-vous pas encore ? 

Cette semaine :
- Israël a détruit des maisons [Lien],
- Israël a tuer des enfants [Lien
- Israël a colonisé les territoires morcelés de Cisjordanie[Lien]
- Israël a agressé des journalistes à coup de jets de pierre [Lien]
Ce relevé est puérile, tant il est peu à la hauteur des crimes, injustices, humiliations, désespoirs, insultes au droit international,… 
Que puis-je écrire de plus ?

Usez donc de votre moteur de recherche favori dans sa rubrique actualités pour que chaque jour devant vos yeux défile le poids des souffrances palestiniennes.
Que puis-je y ajouter ?

Perdez votre sourire et votre sainte innocence en consultant le site de l’agence de presse Ma’an News Agency, qui vous égrainera invariablement chaque matin les douleurs d’un peuple humilié.
Qu’apportera de plus mon cri aux flots des lamentations quotidiennes ?

Tant de photojournalistes se risquent aux aléas des violences de Tsahal sur le terrain et par le fruit de leur travail aujourd’hui plus personne n’osera affirmer : « Je ne savais pas !»
Après plusieurs centaines de photos exhibant l’occupation [Lien], que puis-je encore photographier ?

C’est un tourbillon, que puis-je faire ? Dire ? Qu’apporter de nouveau ? 
Mais pourquoi ? Je pleure, je suis impuissant,…
Pourquoi donc après tant de preuves accablantes cette situation peut perdurer ?
Que n’avons-nous pas encore compris ? 

L’Europe est muette,
L’Europe c’est aussi moi,
Les Etats-Unis sont aveugles,
Les Etats-Unis c’est aussi nous,

Je ne suis qu’une goutte d’eau,
Nous ne sommes qu’une flaque,
Mais si m’a plume se tarit, si mes mots s’évaporent, la flaque meurt d’une goutte,
Or, je sais qu’il existe des lacs, des mers, … je les ai vu en d’autres lieux, en d’autres temps.
Alors reste l’espoir, le monde ne doit s’assécher, sans quoi il finirait par flétrir et  mourir !

[Cisjordanie - 01/05/2015]

lundi 4 août 2014

Israël quel est ton choix ?

Bloqués, emmurés, parqués, enserrés, étouffés, cloîtrés, séquestrés… ou pire,

Punition ?
Sécurité ?
Vengeance ?
Haine ?

Donnez à un adolescent un horizon borné de béton, à un pécheur des filets vides,
Enlevez à un homme la dignité de pouvoir subvenir aux besoins des siens,
Retirez à un paysan ses terres,
Massacrez une économie,
Faites d’une demeure un fétu de poussières,
…et vous ferez d’un homme : un combattant.
... la recette est aussi vieille que l’histoire du monde.

L’Homme privé de dignité,
L’Homme à qui l’on refuse sa liberté,
L’homme devenu bétail en clôture mendiant une ouverture,
Quelles sont ses alternatives ?
Où s’élèvent ses rêves ?
Quelle envergure revêt ses projets ?
Et surtout que peut-il encore offrir aux fruits de sa chair ?

Qui peut ainsi se résigner au Non-avenir ?
Qui peut survivre sans l’espoir ? 

D’ailleurs,
Si cet Homme refuse de ployer, s’il refuse de se résigner ?
S’il n’accepte point d’être celui qui ne doit rien désirer ?
S’il n’endosse la peau de cette bête à qui on a brisé l’échine ?
Quelle est alors l’alternative de cet Homme ?

… Je te le demande Israël : « Quelle est l’alternative de cet Homme ? »

Israël, toi dont le peuple a connu l’incommensurable souffrance, accepterais-tu que les tiens  soient : « bloqués, emmurés, parqués, enserrés, étouffés, cloîtrés, séquestrés… ou pire » ?
Israël tes intellectuelles ne t’ont-ils pas enseigné que toute rancœur à une origine ?
Israël penses-tu qu’un homme brisé, humilié et démunie puisse bâtir une société neuve pétrie d’idéaux humanistes ?
Israël, n’as-tu pas pris connaissances des leçons de l’histoire qui enseignent que c’est l’oppresseur qui a le pouvoir de faire fleurir les lendemains… mais cela demande de semer, non de broyer…

Israël quel est ton choix ?


jeudi 10 juillet 2014

Gaza - "Bordure protectrice" telle est le nom de l'opération - Et pourtant....

Israël frappe,
Objectif : faire cesser les roquettes !
L'opération "Plomb durci" – 2008 - même objectif…  
L'opération "Pilier de défense" – 2012 - même objectif…
Bien sûr celle de 2014 est la bonne … Pourriez-vous seulement émettre une réserve ?
C'est dommage, qu'aucun illustre conseillé de M. Netanyahu, n'ait songé à lui conseiller de lever le blocus qui étrangle des milliers de Gazouis. 
Car, il semble que la logique consistant à asphyxier un peuple, n'est guère de nature à produire des élans de paix et de compassion vis à vis du bourreau à la manœuvre … ou je ne m'abuse ?

Israël frappe pour combattre le Hamas :
1 enfant, 3 enfants, 5 femmes … D'ailleurs pourquoi encore compter ? Ce ne sont que des Gazaouis.
3 adolescents israéliens tués voilà l'incarnation de l'indignation légitime du monde. Pourquoi insister sur ce mot "légitime" ? Car en matière d'indignation la balance de l'empathie mondiale manque singulièrement d'équilibre. (lire à ce propos : Les trois adolescents israéliens et les trois mineurs palestiniens)
Alors, bienvenue aux déluges de feu sur Gaza. (Bien que le Hamas ait démenti son implication)
Mais, j'y pense, l'adolescent palestinien brûlé vif en représailles par des jeunes israéliens à Jérusalem, doit-il appeler au même déchaînement de violence ? Mahmoud Abbas pourrait-il appeler à bombarder la colonie de laquelle sont issus ces jeunes ?
Sont-ils moins terroristes ?  Leur violence est-elle moins terroriste ?
D'ailleurs, pourquoi sont-ils dénommés "extrémistes" plutôt que "terroristes". N'y a-t-il pas une singulière différence entre ces deux mots ? 

Cette affaire, a-t-elle fait fait résonner les souffles profonds d'appel à la sacrosainte "Justice" … étendard habituel d'une démocratie ?
Non ! 
C'est "vengeance" qui fut le cri de ralliement ! (1)

Que les roquettes n'aient tuées personne !
La France les condamnent fermement (2) (et comprenez bien que je ne les blâme pas de cela), quant aux pertes civiles palestiniennes, elles ne sont même pas évoquées. M Hollande, vous faites là un heureux qui va jusqu'à s'en féliciter : M. Netanyahu ! (3)
Qu'Israël tue des dizaines de civils terrés dans leurs demeures,
Et la France appelle : "à un maximum de retenue" (ah ! ) 
C'est quoi le maximum : 10 enfants ou 100 ? 12 femmes ou 18 ?
Peu importe, car le maximum est une valeur abstraite : "Pilier de défense (71 civils tués)" ou "Plomb durci (758 civils tués)"
De la retenue : "Bombes aux phosphores, attaques visant des civils, punitions collective" lors de l'opération Plomb Durci (Cf : Rapport du Juge GoldStone )

De la retenue, …
Un maximum de retenue, …

Puissent les habitants de Gaza ne jamais ouïr notre cynisme… 
Puissent-ils un jour vivre sans craindre que les murs de leurs demeures ne deviennent leurs tombeaux.




mercredi 29 janvier 2014

Libération de prisonniers palestiniens



La libération de prisonniers palestiniens des geôles israéliennes est censée témoigner de la "bonne volonté d'Israël"* lors des différents "processus de paix.

Il en va de même lors les négociations actuelles. Ainsi, à la fin du mois de décembre, Israël libérait 26 nouveaux prisonniers palestiniens (Lien – Liberation.fr - Israël libère 26 prisonniers palestiniens avant l’arrivée de Kerry)

Or, On estime à quelques 5 000 le nombre de Palestiniens détenus en Israël.

Les photographies ci-présentes, datent, du processus de Paix d'Annapolis.
Lors de ce lundi  03 décembre 2007, 429 Palestiniens furent libérés des geôles israéliennes dans un "geste censée donner un nouvel élan au processus de paix" lié au processus de paix d'Annapolis. (Lien – Le Monde.fr - Israël libère 429 prisonniers palestiniens)  
Ce jour était donc de fête pour nombre de familles de Bethlehem qui affluent jusqu'à noircir toute la place de la nativité.
Embrassades, effusions de joie, cris, pleurs, interviews, youyous, palabres, bises, gestes d'allégresse sont autant de témoignages de ces familles qui se retrouvent après avoir été séparées de leur proche ayant séjourné dans les prisons israéliennes.


* "bonne volonté" est certainement un terme bien trop complaisant, au vu du nombre de détenus emprisonnés sans aucun procès (détention administrative), au vu du fait qu'ils ont été jugé par des tribunaux militaires (qui ne garantissent nullement leurs droits), des réincarcérations qui vont suivre, de leur détention sur délation de personnes elles-mêmes soumisses à des tortures, etc… 




mardi 14 janvier 2014

Pourquoi l'évacuation des colons de Gaza n'est-elle que manoeuvre stratégique ?


Pourquoi j'affirmais-je à la fin de mon article précédent (Comment imaginer alors le retrait des implantations au cœur de la Cisjordanie?) que le retrait des colons de Gaza pouvait être une belle manœuvre stratégique ?
D'autant que différents journaux (citant Wikileaks) affirmaient dans le même temps que : "que Sharon, après Gaza, envisageait des retraits en Cisjordanie et des concessions sur Jérusalem-Est annexée, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de leur futur Etat."

Je commencerai par évoquer les informations parues dans l'article : La mort d'Ariel Sharon relance la controverse sur son héritage politique (Lemonde.fr) mettant en exergue les informations révélées par Wikileaks :
Les colonies de Gaza ont bel et bien été démantelées, alors que celle de Cisjordanie non point. Sharon en avait-il l'intention, comme le mentionne Wikileaks, j'en doute et voilà pourquoi. Il serait impératif de savoir (car le LeMonde.fr n'étaye pas le contenu de ses échanges diplomatiques) d'où provenaient ces informations côté israélien car il est dit qu'il s'agissait "de messages échangés entre ambassade des Etats-Unis et le département d’Etat", soit deux protagonistes américains et aucun acteur israélien. Ensuite, il faut considérer que même si la source israélienne pouvait être identifiée, nous restons là dans le cadre d'échanges diplomatiques. Or tout jeu diplomatique, même non officiel reste tissé de promesses, de rapports de forces, etc…

Maintenant abordons le fond de ta question : Pourquoi dis-je : "que le retrait de Gaza à bien des égards pouvait paraître une belle manœuvre stratégique.", ce qui en d'autres termes revient à dire pourquoi avoir évacué Gaza si les intentions d'Ariel Sharon n'étaient pas de continuer sur cette lancée louable :

1) Une bonne part de la réponse se trouve dans un article que j'avais rédigé durant l'opération Plomb Durci (14 janvier 2009) – Intitulé : Mise en perspective – Quelles sont les véritables raisons de l’offensive de Gaza. J'y expliquais alors que cela fait fort longtemps qu'Israël souhaiterait se débarrasser le plus profondément possible de cette entité territoriale qu'est Gaza et ce pour plusieurs raisons :  
- Division durable de la Palestine en deux entités aux administrations différentes 
- Absence totale d’obligations d’Israël envers un territoire jugé hostile et sans intérêt
- Présence constante d’un ennemi menotté pour l’exemple et pour les revendications face aux états du monde …
Et Tout cela aurait été quasiment impossible avec 8000 colons à Gaza.

2) Ensuite, Israël, a toujours eu pour politique l'annexion d'un maximum de terres avec "la récupération" d'un minimum de populations arabes. Or, en imaginant que la solution à deux états soit le choix adopté, Israël ne souhaiterait nullement s'embarrasser de quelques 1,6 millions de Palestiniens pour "seulement" 8000 colons. Mieux valait enfermer, clôturer et mettre hors jeu cette bande de territoire de 360 km2.
Ce désengagement a ensuite permis le blocus strict. Comment imaginer une telle situation si les bus de colons avaient continué leurs allers-retours ?

3) Enfin, en 2004-2005 lors de l'évacuation des colons, Israël dont l'image a été passablement écornée par la seconde intifada, Israël dont les colonies ne cessent de croîtrent en Cisjordanie, Israël qui entreprend la construction du mur qualifié d'illégal par la justice internationale, tente de redorer son blason avec cette opération hyper-médiatisée.

lundi 13 janvier 2014

Comment imaginer alors le retrait des implantations au coeur de la Cisjordanie ?


Ariel Sharon restera à mes yeux tout à la fois l'artisan de la désastreuse invasion du Liban (1982) qui a eu pour conséquences les terribles massacres de Sabra et Chatila, mais aussi le champion hors pair de la colonisation.
Les colons israéliens, eux, que nous pourrions imaginer "satisfaisaient de sa politique", ne ménagent non plus pas leurs diatribes à son égard. Ainsi, son ancien conseiller Yaakov Katz, un des leaders historiques du Goush Emounim annonçait "L'histoire n'oubliera pas ses crimes contre le peuple juif". Le désengagement de Gaza leur reste, en effet, en travers de la gorge.

L'article : "ISRAËL - Mort d'Ariel Sharon : le goût amer des colons israéliens" permet de mesurer l'étendu de l'hostilité que nourrissent les colons à l'égard de ceux qui voudraient ralentir le processus de colonisation au sein des territoires palestiniens occupés*.

* Bien que je ne sois absolument pas certain d'Ariel Sharon ait eu cette intention, car le retrait de Gaza à bien des égards pouvait paraître une belle manœuvre stratégique.

samedi 21 décembre 2013

Refusons de soutenir l'économie de l'occupation...

Boycottons Israël

Les faits sont là :
-          Eau potable : un tiers des localités palestiniennes ne sont pas reliées au réseau et Israël prélèverait jusqu'à 1,8 fois la part d'eau qui lui revient selon les accords d'Oslo II, en 1995. (données de la banque mondiale) [AFP - Un géant néerlandais de l'eau rompt avec une société israélienne]
-          Destruction d'habitations : depuis le début de l'année, plus de 630 structures appartenant à des Palestiniens ont été démolies dans la zone C […] et à Jérusalem-Est, provoquant le déplacement de 1035 Palestiniens, 526 y compris les enfants. [ONU - L'ONU préoccupée par les démolitions de logements palestiniens en Cisjordanie]
-          Un million d'habitants de la bande de Gaza auront besoin d'une aide alimentaire en 2014 en conséquence du blocus aveugle régissant la bande de Gaza : près (source UNRWA) qui a lancé mercredi un appel pour lever 95 millions de dollars. [Challenge.fr - Un million de Gazaouis auront besoin d'aide alimentaire en 2014]
-          La construction dans les colonies, pourtant contraire au droit international et qui par son essence même empêche toute possibilité de fonder deux états séparés, ne "cesserait pas un instant" affirme le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (19-12-2013) [LePoint.fr - Proche-Orient: les morts et le différend sur les colonies plombent le processus de paix]
Et je ne m'appesantis pas ici sur les restrictions de circulation, la construction illégale du mur, le droit des réfugiés, l'accès à Jérusalem, les prisonniers politiques, le contrôle des frontières, l'exploitation de la vallée du Jourdain, etc…

Aussi, certaines institutions, états, entreprises commencent à tirer les conclusions de cet état de fait et ne souhaitent plus que leurs noms soient associés à la politique d'apartheid menée par l'état d'Israël.

Quelques poignants exemples ont jalonné l'actualité récente :
-          Le géant de l'eau potable (Vitens) ayant récemment été accusé dans les médias néerlandais de discriminer l'accès à l'eau pour les Palestiniens a décidé d'arrêter sa collaboration avec la compagnie israélienne de distribution d'eau Mekorot. "Vitens a informé Mekorot de sa décision de mettre fin à leur collaboration", a indiqué Vitens dans un communiqué, expliquant être arrivé à "la conclusion qu'il était extrêmement difficile de travailler ensemble sur de futurs projets car ils ne peuvent être perçus séparément du contexte politique". "Vitens attache beaucoup d'importance à l'intégrité et adhère aux lois et réglementations nationales et internationales", a ajouté la société, se retenant toutefois d'en dire plus sur ce "contexte politique [AFP - Un géant néerlandais de l'eau rompt avec une société israélienne]
-          Fait très rare, mais qui tend à se généraliser, aux Etats-Unis une association regroupant plus de 5.000 professeurs et chercheurs américains a décidé de boycotter Israël pour protester contre la politique de l'Etat hébreu à l'égard des Palestiniens, une décision condamnée lundi par le Congrès juif mondial. [nouvelObs.Com - USA: une association d'universitaires décide de boycotter Israël]
Si la politique européenne, américaine et si nombres de sociétés privées s'appliquaient ces mêmes règles déontologiques, alors un parallèle pourrait être engagé avec le grand boycott organisé contre l'Afrique-du-Sud qui fut en partie responsable de l'effondrement du régime d'apartheid.

Notre ministre française de la justice, Christiane Taubira, interviewée par Médiapart à propos d'une circulaire condamnant toute incitation au boycott en France, déclarait "Moi, je pense personnellement que le boycott est un acte militant" tout en précisant bien qu'il fallait bien le dissocier de tous propos ou actions antisémites. [Médiapart  - Christiane Taubira et les discriminations en France: le boycott d'Israël].
Il est évident, qu'il ne faudrait surtout pas amalgamer une forme de boycott des Juifs (à condamner avec la plus grande ferveur) et un refus de soutenir une économie d'israélienne à l'origine d'une situation de discrimination et de violence caractérisée vis à vis des Palestiniens.

Et ce moyen d'action est loin d'être anodin, Israël sait parfaitement l'effectivité de cette arme, aussi des ministres israéliens ont adopté ce 15 décembre 2013 un projet de loi qui imposerait de dures sanctions aux associations de défense des droits de l'homme israéliennes qui soutiennent des campagnes de boycott du pays ou des accusations de crime de guerre contre ses soldats.

Nos choix de consommateurs et de citoyens sont des leviers légitimes,
Agissons,
Refusons d'être les financeurs de l'occupation,
Un jour les Palestiniens vous remercierons...


samedi 14 décembre 2013

Parallèles entre l'apartheid (d'Afrique-du-Sud) et l'occupation israélienne


Plusieurs parallèles intéressants ont été dressés ces derniers temps entre le temps l'ex-politique ségrégationniste d'Afrique du Sud et la politique israélienne. 

Notamment cet article (du Monde.fr) intitulé : "Nelson Mandela est mort mais l'apartheid est toujours vivant" qui nous rappelle : «Beaucoup pensent que l'utilisation du terme « apartheid » est exagérée voire outrageante pour l'Etat juif, mais ils oublient que l'apartheid prend des formes diverses héritées de la domination d'un groupe sur un autre ou sur plusieurs autres et aboutit à l'exclusion, la marginalisation, voire l'expulsion. L'apartheid n'est pas seulement le produit de l'occupation, il est le corollaire de la colonisation et de la volonté de se débarrasser d'un groupe de population en le cantonnant dans des endroits spécifiques ou des bantoustans afin de faire de la place à un autre groupe

Une autre approche intéressante développée au sein de l'article : "Marwan Barghouti, le nouveau Mandela?" (lepoint.fr) a été de comparer la lutte du dirigeant charismatique palestinien (incarcéré depuis 11 ans et devant purger 5 peines de prison à perpétuité) aux approches utilisées par Nelson Mandela dans sa lutte contre l'apartheid. De nombreuses similitudes sont observables entre les deux  dirigeants : militantisme très précoce, apprentissage studieux de la langue de l'oppresseur, ardent défenseur de la lutte pacifique (bien que légitimant tantôt des options de résistance plus dures), incarcérés au termes de procès inéquitables (dixit un rapport de rapport de la commission des droits de l'homme de l'Union interparlementaire) pour terrorisme, talent d'orateurs hors pair, prônant sans cesse la réconciliation, personne restées charismatiques malgré leurs emprisonnements,…

Je laisse la conclusion à Mme Isabelle Durant (vice-présidente du Parlement européen) : "un homme qui, de sa prison, joue et jouera, c'est certain, une fois libéré, un rôle majeur pour bouger les lignes et ouvrir de nouvelles relations avec Israël"